MODÈLE D'UN EXAMEN DE CONSCIENCE
proposé par le Dr Martin Luther à l'usage de ceux qui désirent participer au saint Sacrement afin que nous apprenions à regarder nos péchés avec terreur et à les considérer comme des transgressions effroyables;

1. Crois-tu que tu es pécheur?
Oui, je le crois, je suis pécheur.

2. D'où le sais-tu?
Des Dix Commandements, - car je ne les ai point observés.

3. Est-ce que tu regrettes tes péchés?
Oui, j'ai un regret sincère d'avoir péché contre Dieu.

4. Qu'as-tu mérité devant Dieu à cause de tes péchés?
J'ai mérité sa colère et son juste châtiment: la mort ici-bas, et la damnation éternelle. Rom. 6:21,23.

5. Espères-tu être sauvé?
Oui, j'en ai la ferme assurance.

6. En qui mets-tu ta confiance?
En Jésus-Christ, mon Seigneur.

7. Qui est Jésus-Christ?
Il est le Fils de Dieu, vrai Dieu et vrai homme.

8. Combien de dieux y a-t-il?
Il n'y a qu'un seul Dieu; mais il y a trois personnes divines: le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

9. Qu'est-ce que le Christ a fait pour toi, pour que tu puisses espérer en Lui?
Il est mort pour moi, il a versé son propre sang sur la croix pour la rémission de mes péchés.

10. Est-ce que le Père, lui aussi, est mort pour toi?
Non, car le Père est seulement Dieu; le Saint-Esprit de même; mais le Fils est vrai Dieu et en même temps vrai homme; il est mort et a versé son sang pour moi.

11. D'où sait tu cela?
Je l'ai appris dans le saint Évangile et dans les paroles d'institution du saint Sacrement, dans lequel Jésus affirme me donner son corps et son sang en garantie de ma Rédemption.

12. Quelles sont ces paroles?
Notre Seigneur Jésus-Christ, la nuit où il fut trahi, soupa avec ses disciples; il prit du pain et, ayant rendu grâces, il le rompit, le donna à ses disciples et dit: «Prenez, mangez, ceci est mon corps qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi». De même, après avoir soupé, il prit la coupe et, ayant rendu grâces, il leur donna et dit: «Buvez-en tous; cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang qui est répandu pour vous en rémission des péchés. Faites ceci toutes les fois que vous en boirez, en mémoire de moi».

13. Crois-tu que dans le Sacrement tu reçois réellement le vrai corps et le vrai sang du Christ?
Oui, je le crois sincèrement.

14. Sur quoi fondes-tu ton assurance?
Sur la parole de Jésus: Prenez, mangez, ceci est mon corps; buvez-en tous, ceci est mon sang.

15. Que devons-nous faire lorsque nous mangeons son corps et buvons son sang, en gage de notre Rédemption?
Nous devons annoncer et commémorer sa mort et le sacrifice de son sang, comme il nous l'a ordonné: Faites ceci toutes les fois que vous en boirez, en mémoire de moi.

16. Pourquoi devons-nous commémorer et annoncer sa mort?
Nous devons commémorer la mort de Jésus:

1) Afin que nous apprenions à croire que nulle créature n'a pu faire satisfaction pour nos péchés, excepté Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme;

2) Afin que nous apprenions à regarder nos péchés avec terreur et à les considérer comme des effroyables;

3) Afin que nous trouvions notre joie et notre consolation en Lui seul, et qu'ainsi nous soyons sauvés par cette foi.

17. Qu'est-ce qui a incité Jésus à mourir pour tes péchés, afin de les expier?
C'est son grand amour pour son Père, pour moi et pour tous les pécheurs, comme il est écrit:

Jean 15:13. Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis.

Rom. 5:8. Dieu prouve son amour envers nous en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous.

Gal. 2:20. Si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi.

Eph. 5:2. Marchez dans la charité, à l'exemple de Christ, qui nous a aimés, et qui s'est livré lui-même à Dieu pour nous comme une offrande et un sacrifice de bonne odeur.

18. Pourquoi, enfin, désires-tu participer au Sacrement?
Afin que j'apprenne à croire que Christ est mort pour moi, à cause de mes péchés, par pur amour pour moi; et afin que j'apprenne de Lui à aimer Dieu et mon prochain.

19. Pour quelles raisons un chrétien devrait-il désirer la Sainte Cène fréquemment?
Ce sont d'abord le commandement et les promesses de notre Seigneur qui doivent nous inciter à communier souvent, et ensuite notre propre misère qui nous presse. C'est à cause de celle-ci, en effet, que le Seigneur nous ordonne de communier et nous y invite par ses promesses.

20. Que doit faire celui qui n'éprouve pas cette misère, et qui ne ressent pas la faim et la soif du saint Sacrement?
On ne saurait mieux conseiller un tel homme qu'en lui disant:

Premièrement, qu'il s'examine donc pour voir s'il est encore fait de chair et de sang, et qu'il considère ce qu'en dit l'Écriture Sainte et qu'il le croie:

Gal. 5:19-21. Les oeuvres de la chair sont manifestes: ce sont l'impudicité, l'impureté, la dissolution, l'idolâtrie, la sorcellerie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l'envie, l'ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d'avance, comme je l'ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le royaume de Dieu.

Rom. 7:18. En effet, je sais que ce qui est bon n'habite point en moi, c'est-à-dire dans ma chair, parce que j'ai la volonté de faire le bien, mais je n'ai pas le pouvoir de l'accomplir.

Deuxièmement, qu'il regarde donc autour de lui, s'il se trouve encore dans le monde, et qu'il y réfléchisse; car dans ce monde les péchés, les tribulations et les tourments ne manqueront pas, comme dit l'Écriture:

Jean 15:18,19. Si le monde vous hait, sachez qu'il ma haï avant vous. Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est à lui; mais parce que vous n'êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela le monde vous hait.

Jean 16:20. En vérité, en vérité, je vous le dis, vous pleurez et vous vous lamenterez, et le monde se réjouira; vous serez dans la tristesse, mais votre tristesse se changera en joie.

1 Jean 2:15-17. N'aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu'un aime le monde, l'amour du Père n'est point en lui; car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l'orgueil de la vie, ne vient point tu Père, mais vient du monde. Et le monde passe, et sa convoitise aussi; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement.

1 Jean 5:19. Nous savons que nous sommes de Dieu, et que le monde entier est sous la puissance du malin.

Troisièmement, qu'il songe que le diable rôde autour de lui nuit et jour et, avec ses mensonges et ses intentions meurtrières, ne lui laissera point la paix, ni au-dedans ni au dehors. Car c'est ainsi que l'Écriture nous le décrit:

Jean 8:44. Le diable a été le meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il profère le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur et le père du mensonge.

1 Pierre 5:8, 9. Soyez sobres et veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde.

Eph. 6:11, 12. Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes.

2 Tim. 2:26. Nous avons l'espoir que, revenus à leur bon sens, vos adversaires se dégageront des pièges du diable, qui s'est emparé d'eux pour les soumettre à sa volonté.

NOTE
Ces questions et ces réponses ne sont pas un jeu d'enfant. Le vénérable et pieux Dr Martin Luther les a rédigées à bon escient et avec beaucoup de sérieux, à l'usage des jeunes et des vieux. Que chacun y fasse attention et le considère comme une chose très sérieuse; car saint Paul dit aux Galates: «Ne vous y trompez pas, on ne se moque pas de Dieu!» Gal. 6:7.